Troubles sommeil

LES TROUBLES DU SOMMEIL CHEZ L' ENFANT

PHYSIOLOGIE DU SOMMEIL

Le sommeil se modifie très rapidement au cours du développement de l'enfant.

Cher le nouveau-né, le sommeil est morcelé en périodes de 3-4 heures survenant aussi bien le jour que la nuit. Le cycle du sommeil est court, de 50 à 60 minutes, constitué d' une période de sommeil agité au cours duquel les éveils sont très faciles et d'une période de sommeil calme beaucoup plus stable. Un rythme jour-nuit stable va s' intaler normalement avant le sixième mois. En fait, l' instalation de ce rythme va être très différent d' un enfant à l' autre. Il peut parfois apparaître très vite dès 3-4 semaines. L' instalation de ce rythme circadien de 24 heures dépend de donneurs de temps, son apparition sera retardée s' ils ne sont pas donnés. La relation mère-enfant, l'alternance du jour et de la nuit, la régularité des prises alimentaires, des moments de jeu, de promenade et d' échanges, un peu plus tard celle des heures de sieste, de coucher et surtout de réveil le matin vont aider le nourrisson dans l' intalation de ce rythme.

La structure du sommeil nocturne se modifie très rapidement et ressemble, dès l'âge de 9 mois, à celle de l' adulte. Le sommeil va devenir rapidement profond en première partie de nuit, souvent très stable au cours des 3-4 premières heures. En seconde partie de nuit, entre minuit et 5 heures du matin, surviennent, à chaque changement de cycle, des éveils brefs, spontanés, physiologiques.

Entre1 et 6 ans, le nombre des éveils va diminuer, passer de 4 à 1. Se réveiller la nuit même plusieurs fois est normal, être incapable de se rendormir seul ne l' est pas.

FACTEURS FAVORISANT LES TROUBLES DU SOMMEIL DE L' ENFANt

Il existe très vite des enfants petits et grand dormeurs et des couche-tôt  et des couche-tard.

Les insomnies du petit enfant n'entraînent que rarement une diminution anormale du temps de sommeil.

La possibilité d'une privation de sommeil devra cependant être évaluée sur le comportement diurne de l'enfant. Un enfant anormalement hyperactif, fatigable, irritable et capricieux manquera probablement de sommeil.

Si des difficultés de sommeil existent, le nombre, la durée et l' horaire des siestes devront être appropriés à l' âge de l' enfant.
      6 mois:                3 siestes: matin,début d' après-midi, fin d' après-midi
      9 à 12 mois:        2 siestes: fin de matinée, début d' après-midi
      15 à 18 mois:      1 sieste: début d' après-midi
      3 ans:                 disparition de la sieste
      à partir de 6 ans: la persistance de la sieste doit faire évoquer une privation de sommeil ou une hypersommnie.

Une pertubation de cet horaire peut entraîner un retard du coucher et des éveils nocturnes.

Des pertubation du sommeil peut également survenir suite à:
   -décès
  -déménagement
  -reprise du travail maternel
  -apprentissage de la propreté
  -naissance d'un nouvel enfant
  -entrée à l' école
  -histoire familiale: notion de stress et de précarité
                            difficultés conjugales et séparation
                            psychopathologie parentale, anxiété et dépression maternelle
                            organisation du sommeil des parents
   -environnement: mode de couchage
                           mode de garde
                           qualité du sommeil hors du milieu familial.
   -antécédents et comportement de l' enfant: enfant précieux ou premier enfant
                                                                  mode d' alimentation
                                                                  antécédents digestifs: coliques, régurgitations
                                                                  enfant hyperstimulé
                                                                  enfant capricieux, volontaire, peu maniable
                                                                  enfant anxieux, timide, dépendant
Chez l' enfant de moins de 3 ans, le trouble le plus fréquent est un conditionnement anormal à l' endormissement: l' enfant n' a jamais été posé réveillé dans son berceau, ne s'est jamais endormi seul.

Ces éveils multiples se compliquent très souvent d' un excès de liquide nocturne. On parle d' excès de liquide lorsque la quantité de liquide nocturne: eau, lait, sirop, dépasse 200 g par nuit. Les éveils sont multipliés par l'excès de liquide qui entraîne une distension de la vessie. Ce trouble s'accompagne très fréquemment de difficultés alimentaires dans la journée si le liquide consommé est du lait.

Dès 2 ans, l'enfant affirme son autorité. Cette attitude normale rencontre quelques difficultés chez certains parents qui pour différentes raisons ont peur de dire "non"( peur de réveiller les voisins, sentiment de culpabilité car ils travaillent). Ces troubles sont parfois aggravés par des rythmes de sommeil irrégulier et la peur qu' un enfant n' ait pas assez dormi.
Il s 'agit le plus souvent: une opposition au coucher avec coucher et lever tardifs
                                   des éveils nocturnes avec sommeil "rattrapé " le matin
                                    une sieste trop précoce après le réveil du matin( avant 9 heures)

SITUATIONS PATHOLOGIQUES NECESSITANT UNE CONSULTATION MEDICALE

Certaines maladies chroniques, certaines médications sont plus souvent associées à de l' insomnie:
      les diabète insulino dépendants, et insipides
      l' asthme, l' eczéma
      l' otite chronique
      un reflux gastro-oesophagien
     une allergie aux proteines de lait de vache
     un traitement à un psychostimulant, corticoide ou même antibiotique
     un syndrôme d' apnées obstructives( enfant plus âgé)
     les déficits neurologiques et ou épilepsie
     un désordre psyhique comme l' autisme, le syndrôme d' hyperactivité

LES PARASOMNIES

Les parasomnies forment un ensemble de troubles observés pendant le sommeil. Il s' agit de manifestations tout à fait bénignes, qui ne deviennent anormales que si elles se répètent trop souvent

Les troubles de l' éveil: terreurs nocturnes, eveils confusionnels, somnambulisme, surviennent presque toujours en début de nuit. Les facteurs favorisant sont : un stress, une anxiété importante, une fièvre, une activité musculaire intense trop tardive, une distension de la vessie par des boissons trop abondantes le soir, des rythmes trop irréguliers.

Les terreurs nocturnes et les éveils confusionnels sont très souvent confondus par les parents avec des cauchemars. Le cauchemar est un mauvais rêve, il apparaît en seconde partie de la nuit.

Il ne faut pas tenter de réveiller l'enfant mais il faudra réorganiser les rythmes veille-sommeil et restaurer éventuelement une sieste.

LA PLACE DES MEDICAMENTS HOMEOPATHIQUES.

Les médicaments homéopathiques sont dénués d'effets secondaires. Leur prescription n'entraînera aucune accoutumance, ni dépendance. L' absence de somnolence diurne et de réaction paradoxale leur confère une place de choix.

Les médicaments homéopathiques aideront l' enfant à retrouver son équilibre.

Le choix du médicament prend compte de symptômes variables et inconstants qui caractérise la réactivité personnelle de l' enfant.

Cette réactivité personnelle fait partie du mode de fonctionnement global de l' enfant dont les signes comportementaux nocturnes ne sont qu' un des éléments. Il faut tenir compte de l' histoire médcale de l' enfant.

  • sont-ils isolés ou associés à d' autres pathologies( actuelles ou passées)?
  • existe-t-il un facteur déclenchant?
  • comment se traduisent ces troubles du sommeil?( endormissement, réveils..
  • comment s' expriment ces troubles du sommeil?(excitation, agitation, plaintes diverses, pollakiurie, sueurs...)
  • quel est le comportement diurne? (timide, réservé, agité...) s' est-il modifié?
  • comment "fonctinne" cet enfant?( facteurs aggravants, conditions d' amélioration, goûts et aversions alimentaires...)
  • quelles sont les caractéristiques physiques de cet enfant?( morphologie, teint...)
     

Quelques exemples:

Chamomilla

Un efant jusqu'alors calme et tranquile devient, à l' occasion des poussées dentaires, irritable, coléreux et son sommeil est perturbé.

Il est calmé par le mouvement( bercement, promenade en voiture, ou marche de celui qui le porte).

On remarque souvent une joue rouge et chaude, un érythème fessier, conséquense de selles à tendance diarrhéique.

Gelsénium

Un événement précis peut être générateur d' anxiété: la rentrée scolaire fait partie des grands classiques; mais certains enfants sont inquiets de façon récurrente, lors de contrôles de connaissance, des compétitions sportives.

Ils présentent alors des troubles du sommeil: difficulté d' endormissement voire réveils du milieu de nuit qui majorent leur stress( et fréquemment l' angoisse parentale).

Ces enfants perdent confiance facilement, et la peur de l' échec les amène fréquemment à commettre des fautes par manque de concentration et erreurs de jugement( oublis, devoirs hors sujet...)

Tremblements, diarrhée émotive accompagnent l' inhibition

Ignatia

A la suite d' une perturbation émotionnelle (rupture familiale, déménagement, deuil) l' enfant devient inquiet.

Cette inquiétude se traduit sous deux formes majorées dans certaines situations ( départ pour l' école, période du coucher):
   changement de comportement avec irritabilité et pleurs fréquents
   manifestations spasmodiques: algies abdominales, aerophagie

Pulsatilla

L' angoisse de la séparation est forte chez ce type d'enfant, qui déteste les situations nouvelles, surtout lorsqu'elles l'obligent à sortir du cocon familial.

Cet enfant est ou a été sujet à des problèmes ORL répétitifs; c'est souvent suite à une pathologie aiguë, par exemple une otite où il a été très entouré par sa famille, que l' enfant éprouve le besoin de perpétrer le désir d'être endormi par l' un des parents, voire dormir dans le lit parental.

Dans le cas particulier des parasomnies, la matière médicale homéopathique cite des médicaments qui permettent d' améliorer les troubles présentés par l' enfant. Parmis ceux-ci; trois sont d' origine végétale de la famille des solanacées, connues depuis l' antiquité pour leur pouvoir hallucinogène.

Belladona

L'enfant est hypersensible aux stimulis sensoriels( lumière, bruit, température).

Il hurle, assis dans son lit, le visage congestionné, trempé de sueur. Son regard fixe désignel' objet monstrueux, imaginaire, de sa terreur. Il tient des propos incompréhensibles et parfois cherche à fuir.

Ce tableau est fréquemment décrit et majoré au cours d' épisodes fébriles.

Hyoscyamus

Le sommeil est agité avec de nombreux tréssaillements, sursauts et cris.

L' enfant parle beaucoup, croit voir des animaux, cherche à se dévêtir: terreur nocturne avec agitation, hébétude.

Ces symptômes surviennent volontiers chez des enfants agressifs, querelleurs, sujets à des accès de toux spasmodiques souvent inexpliqués.

Stramonium

Les difficultés d' endormisssement s' accompagnent d' une crainte de l'obscurité et de l'isolement. Au cours de la nuit, surviennent terreurs avec agitation, violence gestuelle ou verbale, hallucinations, sensation de modification du schema corporel ou cauchemars.

Kalium bromatum

Utile pour limiter les crises de déambulation nocturne chez les enfants surmenés qui, dans la journée, contiennent leur nervosité par une agitation des mains( ils pianotent ou font tourner leur crayon..)

Cina

Chez les enfants très sensibles aux inflences lunaires; aux parasitoses intestinales de type oxyurose. Les parent signalent des réveils fréquents, ou une mauvaise qualité de sommeil avec agitation, bruxisme, tous-x spasmodique, enurésie.

Le jour, ces enfants sont très coléreux, susceptibles, ne supportant pas qu'on les examine et même qu'on les regarde!

Kalium phosphoricum

Certains troubles du sommeil sont cosécutifs à une fatigue intellectuelle. Ils s' accompagnent de manque de concentration diurne, se traduisant par des oublis, et une baisse des performances scolaires. Des céphalées sont souvent signalées.

Arnica

Des troubles du sommeil peuvent être consécutifs à une hyperactivité physique: difficulté d' endormissement, algies musculaires obligeant à remuer pour tenter de trouver une position antalgique.

CONSEILS D' HYGIENE DE VIE

  • Ne faites pas de son lit une punition
  • Le sommeil doit être présenté comme une activité positive, pour être en forme ...pour grandir
  • Adopter une attitude éducative ferme mais non rigide
  • Veiller à la régularité des horaires en acceptant parfois des modifications
  • Ne le séparez pas brusquement de ses jeux. Dites lui à l' avance qu' il doit bientôt aller se coucher
  • Comprendre les difficultés d' endormissement et savoir y répondre
  • Evitez l'excitation physique et intellectuelle due à des jeux trop intenses et trop proches du coucher
  • Prévoyez une chambre confortable, décorée avec l' enfant, où il se sente bien.
  • Installez une veilleuse faible loin du lit qui restera allumée toute la nuit ( peur du noir)
  • Partage d' une chambre avec frères ou soeurs (peur de la solitude)
  • Faire raconter ou dessiner son cauchemar( peur des cauchemars)
  • Invitez l' enfant à parler des difficultés de la journée
  • Eviter les discussions orageuses au repas du soir
  • Les rituels du coucher
     une histoire, un jouet, un moment passé avec l' enfant( à condition de ne pas rester jusqu' à l' endormissement)
  • Optimiser le réveil
  • Le réveiller par des bruits doux ambiants
  • Respecter les rythmes biologiques de l' enfant
  • Faire éventuellement un agenda du sommeil
[Home] [Nouveautés] [Conseils] [Aroma] [Phyto] [Homéopathie] [Histoire] [Répertoire] [Principes] [Méd. homéo] [Diluthèque homéopatique] [Fleurs de Bach] [Utilisation FDB] [Nutrition] [Vétérinaire] [Para] [Législation] [Liens]